Contact

L’immobilier neuf en 2018

07/03/2019

La conjoncture et les tendances de l’immobilier neuf en 2018

La FPI (Fédération Promoteurs immobiliers) regroupe les promoteurs immobiliers de France en logement et en immobilier d’entreprise. Le 28 février 2019 se tenait la conférence de presse annonçant les chiffres du logement neuf sur le quatrième trimestre 2018 et sur l’année 2018 en France.

Découvrez ci-dessous le résumé de cette conférence.

En 2018, l’activité est toujours soutenue.

Les ventes de logements neufs baissent de 10,5 %, à 150 783 sur 12 mois. C’est légèrement moins élevé qu’en 2016 (156 749) mais supérieur à 2015 (125 476).
Les ventes restent donc satisfaisantes mais préoccupantes en tendance, avec une accélération de la baisse en fin d’année.

Les ventes aux investisseurs baissent de 13,2 %, par rapport à l’excellente année de 2017). Les soutiens budgétaires (Loi Pinel en zones tendues) ont été́ maintenus, mais le discours stigmatisant des pouvoirs publics sur la fiscalité immobilière a engendré des incertitudes et de l’attentisme.

La demande en immobilier reste néanmoins très élevée et l’offre est malheureusement trop contrainte. Les mises en ventesont en nette baisse. Trop peu de logements arrivent sur le marché.

Même si plusieurs indicateurs importants du marché du neuf sont mal orientés, les situations sont contrastées d’une métropole à l’autre ; en effet l’Ile de France et la Côte d’Azur, zones tendues par excellence, restent dynamiques. Les volumes de construction et de ventes de logements neufs restent élevés.

Les ventes de logements neufs en 2018

En 2018, les réservations totales de logements neufs affichent une baisse 10,5% par rapport à 2017 et reviennent à un niveau proche de 2016.

Les prix de vente moyen des logements

Par rapport à l’année 2017, les prix de vente moyens demeurent en hausse :
Le prix de vente moyen sur la France entière augmente de 3,1% entre 2017 et 2018, il passe d’un prix moyen de 4147 € le m2 à 4274 le m2 €.

Néanmoins la hausse des prix est différente selon les régions :
Ile de France : + 1,9%
Province : +2,4%

Les prix de vente moyen par m2 des logements selon les régions 

Pour Nantes Métropole : + 3,3%.
2017 : 3891 € le m2
2018 : 4021 € le m2

Pour Rennes Métropole : + 4,7%.
2017 : 3465 € le m2
2018 : 3629 € le m2

Pour Nice Côte d’Azur Métropole : + 3,5%.
2017 : 5327 € le m2
2018 : 5513 € le m2

Pour Bordeaux Métropole : + 2,3%.
2017 : 3909 € le m2
2018 : 3997 € le m2

Pour Lyon AU : + 3,1%.
2017 : 4155 € le m2
2018 : 4284 € le m2

Le marché de l’immobilier neuf selon les régions 

L’immobilier neuf en Pays de la Loire

Les réservations de logements neufs en 2018 sont en baisse de 13% par rapport à 2017 (-29% sur Nantes Métropole, +40% sur la CU d’Angers et +30% sur la CU du Mans).

Les réservations « investisseurs » sont en retrait 19% par rapport à 2017 et les réservations « propriétaires occupants » baissent d’1% par rapport à 2017.

Les mises en vente sont en baisse de 7% par rapport à 2017 (-4,7% sur Nantes Métropole, -22,5% sur la CU d’Angers et +227% sur la CU du Mans).

L’offre commerciale est en retrait (-7% en 12 mois).

L’immobilier neuf en Bretagne

Sur l’année 2018, les réservations ont progressé de 4% par rapport à 2017 (+28% à Vannes CA, -24% à Brest Métropole, -6% à Rennes Métropole, et -5% à Saint-Malo CA).

Les réservations « investisseurs » baissent néanmoins de 4% par rapport à 2017, quand les réservations « propriétaires occupants » augmentent de 17% par rapport à 2017.

Les mises en ventes sont en diminution de 2% par rapport à 2017 avec 5 640 logements lancés en commercialisation (-20% à Vannes CA, -59% à Brest Métropole, +7% à Rennes Métropole, -8% à Saint-Malo CA).

L’offre commerciale, avec 4 130 logements disponibles à fin 2018, est en baisse de 10% en 12 mois.

L’immobilier neuf en région PACA – Côte d’Azur 

Sur un an, les mises en vente sont en progression de +40% par rapport à l’année 2017.

Les réservations nettes au détail sur un an ont augmenté : les ventes ont cru de 7% (2 686 lots)

Les réservations « investisseurs »enregistrent une hausse de +71% ce 4ème trimestre 2018 et sur un an, la hausse est de +23% par rapport à 2017 avec 1 441 réservations.

Les réservations « propriétaires occupants » baissent cependant de 38% par rapport au 4ème trimestre 2017 et sur un an, elles enregistrent une baisse est de 6% par rapport à l’année 2017 (1 245 réservations).

L’offre commerciale est en forte hausse de 32% par rapport au 4ème trimestre 2017 avec 3 371 lots disponibles au 4ème trimestre 2018. 

L’immobilier neuf en Nouvelle Aquitaine 

Les réservations au détail sont en forte baisse de 22% par rapport à 2017 (‐29% sur Bordeaux‐Métropole, qui concentre 52% des réservations annuelles, -18% dans le Sud‐Aquitaine, représentant 23% des réservations, et ‐4,2% sur la CA de la Rochelle, représentant 8% des réservations).

Les réservations investisseurs ont diminué de 25% par rapport à 2017 (‐34% Bordeaux‐Métropole, ‐24% dans le Sud‐Aquitaine et ‐9% sur la CA de la Rochelle).

Les réservations « propriétaires occupants » enregistrent une baisse de 17% par rapport à 2017 (-21% Bordeaux‐Métropole, -13% dans le Sud‐Aquitaine et +5,4% sur la CA de la Rochelle).

Sur 2018, les mises en vente sont légèrement en retrait de -3,6% par rapport à 2017 (stable sur Bordeaux‐Métropole, ‐21% dans le Sud‐Aquitaine et -9% sur la CA de la Rochelle).

L’offre commerciale de logements est a contrario en hausse : 6 142 logements sont disponibles à fin 2018 (dont 65% sur Bordeaux‐Métropole, 13% dans le Sud‐Aquitaine et 6% sur la CA de la Rochelle), soit +25% en 12 mois.

L’immobilier neuf en Auvergne-Rhône-Alpes : Aire Urbaine de Lyon

Le nombre de réservations nettes de logements (logements collectifs + maisons individuelles, hors ventes en bloc) observe une baisse de 13% entre 2017 et 2018, ce qui s’explique notamment par la nette baisse des ventes aux investisseurs. Elle est de -15% sur le dernier trimestre 2018 et de -22% sur l’annexe.

À l’inverse, les ventes « propriétaires occupants » se stabilisent par rapport au 4ème trimestre 2017 et reculent seulement de -3% par rapport à 2017.

Les mises ventesur l’aire urbaine de Lyon enregistrent une baisse de 29% par rapport à 2017.

L’offre commerciale disponible demeure en baisse avec 3 972 logements, soit une baisse de 17% par rapport au 4ème trimestre 2017.