t 02 28 210 800
m Contact

État des lieux du marché locatif privé angevin

09/10/2019

À Angers, le loyer moyen est de 484 € pour 37 m²

Spécialiste de la location entre particuliers, LocService.fr a mené une étude sur Angers [1] dont il a partagé les résultats lors du salon de l’Habitat, de l’Immobilier et Décoration, en septembre 2019.

Dans cette cité du Maine-et-Loire, le loyer moyen est de 484 € (charges comprises) pour un bien de 37 m². Avec ces 13,08 € le m², il se situe légèrement au-dessus de la moyenne en Province (12,17 €/m²), tout en étant 64 % inférieur à celui de Paris. Parmi les villes des Pays de la Loire, Angers reste moins chère que Nantes (15,67 €/m²), mais au-dessus de Saint-Nazaire.

Avec 40 000 étudiants angevins, les petites surfaces – studio et T1 – sont très prisées, puisqu’ils représentent 41 % des locations réalisées dans les 12 derniers mois, idéalement meublées (29 %). À noter que les T2 sur Angers représentent quand même 24 %.

Pour ces appartements, le loyer moyen est de 328 € pour une chambre de 14 m², 375 € pour un studio de 22 m², 433 € pour un T1 de 29 m² et 502 € pour un T2 de 41 m².

« À Angers, les demandes des locataires se répartissent à 34 % pour les appartements, 48 % pour les petits logements sans chambre indépendante et 5 % pour les maisons » souligne Richard Horbette, fondateur de LocService.fr

investissement-locatif-angers-bertrand-demanesPhoto : Anthony Delanoix

Un investissement locatif angevin, boosté par le manque de logements

L’attractivité de la Capitale de l’Anjou attire les investisseurs. Une étude du réseau Meilleurs Agents témoigne de cette réalité : à la rentrée 2019, la tension immobilière d’Angers, calculée en fonction de l’offre et la demande, tous biens confondus, était de 17 %, quand celle de Saint-Nazaire est de 14 %. [2]

Après avoir perdu son classement en zonage B1 au 1er janvier 2019, un décret paru au JO du 4 juillet 2019, vient de redonner son statut à Angers. De nouveau éligible au dispositif de défiscalisation Pinel, la ville d’Angers retrouve toute son attractivité en matière d’investissement locatif.

Sans oublier ses autres atouts : première agglomération où il fait bon vivre pour le magazine « L’Étudiant », une ville verte labellisée « 4 fleurs » par le Conseil national des villes et villages fleuris, sa situation géographique à proximité de Paris (1 h 40)…

Une attractivité conjuguée à d’excellents rendements, qui crée un déséquilibre du marché immobilier – notamment pour les étudiants qui peinent à se loger à chaque nouvelle rentrée scolaire. L’arrivée massive des jeunes nés en 2000, l’implantation de 3 nouvelles écoles et Airbnb, favorisent la pénurie. Compte-tenu de cette offre qui se raréfie, les étudiants « préfèrent payer les deux mois de loyer l’été et garder leur appartement », explique le président Anthony Bernard [3], de la FNAIM Anjou Maine.

Dans l’immédiat, un investisseur louant une petite surface à Angers n’a donc pas à s’inquiéter de la vacance de son bien. Mieux, il pourra enregistrer de beaux rendements pour les prochaines années. 

_________

Autres sources utilisées et non citées : https://www.lemonde.fr/argent/article/2019/03/25/immobilier-angers-se-distingue_5440690_1657007.html
[1] L’étude réalisée sur un échantillon de 2 478 offres ou demandes de locations à Angers enregistrées sur les douze derniers mois (https://www.my-angers.info/09/24/484-e-en-moyenne-pour-se-loger-a-angers/82400)
[2] Source des chiffres : https://www.courrierdelouest.fr/actualite/angers-l-immobilier-monte-en-gamme-27-09-2019-414314
[3] Source citation : https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/angers-49000/angers-le-casse-tete-du-logement-etudiant-6453430

Partagez sur vos réseaux !
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin